Donner un coup de jeune aux façades

Donner un coup de jeune aux façades

Et si vous profitiez de l’été pour rafraîchir la façade de votre home sweet home ? Mon univers maison vous donne tous les conseils pour peindre les murs et les boiseries extérieurs de votre habitation.

S’il est indispensable de repeindre une façade seulement tous les 5 à 10 ans, avec la pluie, le vent et le soleil, les volets et les boiseries extérieures
doivent être entretenus régulièrement (tous les deux ou trois ans) pour rester en bon état. Avant de vous retrousser les manches, il y a deux conseils essentiels à savoir : il faut bien nettoyer et préparer les supports et choisir une peinture adaptée à l’état de la façade et aux résultats souhaités.

Opération nettoyage

Pour venir à bout de la saleté et des tâches qui se sont incrustées dans la façade au fil des années, une brosse avec de l’eau tiède additionnée de lessive Saint-Marc sera efficace. Pensez à bien éliminer les traces de peinture écaillée à l’aide d’une brosse métallique et rincez la surface à l’eau claire. Si, comme cela est fréquent sur des murs en briques, des mousses résistent à l’eau et aux coups de brosse, vous pouvez appliquer un produit anti-mousse sans rinçage le lendemain.

Dans tous les cas, même si la solution est plus rapide et moins fatigante, il vaut mieux éviter le lavage à haute pression sur un crépi ou une façade fissurée au risque d’abîmer la façade. Une fois que le mur est bien nettoyé et sec, vous pouvez appliquer une sous-couche. Que la façade
soit neuve ou ancienne, cette étape permet de la préparer et d’améliorer l’adhérence de la peinture. La sous-couche présente en plus l’avantage de fixer les murs poreux et de lutter contre l’apparition de la mousse et des champignons. 


Le temps de laisser sécher la sous-couche, en général une bonne douzaine d’heures, pourquoi ne pas en profiter pour préparer vos volets et vos
boiseries ?
Après les avoir démontés et les avoir posés à l’horizontal sur des tréteaux, le plus simple consiste à les lessiver à l’eau tiède. Quand le bois est sec, vous pouvez poncer la surface avec un papier de verre à grain fin pour que la couche de peinture accroche bien. Si l’ancienne peinture est très abîmée, il faudra décaper le bois. Le décapage chimique reste la solution à privilégier, par rapport au décapeur thermique, plus adapté aux grandes surfaces lisses. Si cela est nécessaire, mettez de la pâte à bois pour combler les trous ou les fissures.


Les volets et portes extérieures étant soumises aux intempéries, il est fortement conseillé de mettre une sous-couche hydrofuge et microporeuse. Certaines d’entre elles sont composées de fongicides. Elle permettent d’empêcher l’eau de pluie de s’infiltrer dans le bois, qui risquerait à terme de s’abîmer. Si votre porte ou vos volets sont installés sur une façade exposée plein sud, il existe des sous-couches qui protègent le bois des rayons ultraviolets. Dernier détail : pensez aux éventuels crochets en métal du volet ou aux serrures de la porte. Ils doivent être débarrassés de leur rouille à l’aide d’une brosse métallique et d’un traitement spécial antirouille.

 

Le choix de la peinture

Une fois la surface propre, vous allez pouvoir passer à la peinture proprement dite. Comment la choisir ? Si la façade est en bon état, une  peinture acrylique monocouche fera l’affaire. Résistante aux UV, elle offre un bon rapport qualité/prix. Si le mur est abîmé ou a tendance à s’écailler, il faut opter pour une peinture acrylique épaisse ou pliolite. Ces peintures microporeuses peuvent s’appliquer sur tous supports et résistent aux variations de température. Autre avantage : si pendant que vous peignez, il commence à pleuvoir, la peinture pliolite sèche même en cas de pluie.

Enfin, les siloxanes sont les peintures qui protègent le mieux les façades de l’humidité. Elles sont idéales pour les maisons soumises aux intempéries ou dans une région comme la notre où les précipitations et le gel sont fréquents. Elles laissent respirer les murs tout en étant hydrofuges. Ces peintures laissent donc perler la pluie et repoussent les salissures. Inconvénient : ce type de peinture est beaucoup plus cher
qu’une peinture classique. Dans tous les cas, il existe une gamme de couleurs assez large en matière de coloris mais renseignez-vous auprès de votre ville pour savoir si une teinte vous est imposée.

Si vous avez une façade en bois ou si vous avez opté pour un bardage, vous pouvez mettre une lasure. Elle protège et imperméabilise le bois tout en le protégeant des moisissures. Il existe des lasures transparentes qui laissent deviner le veinage du bois ou des opaques couvrantes qui permettent de colorer la façade.

De la même façon, le choix de la peinture des volets se fait en fonction de l’état du bois et de l’exposition à la pluie et au soleil. Microporeuses,
les peintures glycéro laissent respirer la matière tout en étant assez couvrantes et lessivables. Quant aux acryliques, elles sèchent plus vite.
Comme les sous-couches, il existe des peintures adaptées pour lutter contre les effets des UV ou qui ont des vertus fongicides.

 

Opération peinture !

Après avoir protégé le sol avec des bâches, vous pouvez attaquer la peinture de la façade. Il faut commencer par peindre les angles avec un pinceau. Vous poursuivrez ensuite avec un rouleau spécial façades, en allant de haut en bas sur des bandes d’un mètre de hauteur environ.
Renouvelez l’opération, par bandes horizontales, de gauche à droite, avant de terminer par un dernier croisement de haut en bas. Il est conseillé de faire un côté d’une traite pour éviter de laisser des traces inesthétiques.

Pour les volets et les boiseries, avec un pinceau, vous pouvez appliquer la première couche en suivant le sens de la fibre. Après avoir laissé la peinture bien sécher, poncez la surface avec un papier de verre au grain très fin. Appliquez une deuxième couche. Une fois sèche, vous pouvez raccrocher vos volets !

 

Par Fanny Bertrand

construire-et-renover