Personnes à mobilité réduite, comment adapter son logement ?

Personnes à mobilité réduite, comment adapter son logement ?

Escaliers, passages trop étroits, rangements en hauteur... Lorsqu’on est en fauteuil roulant, la maison peut vite devenir un parcours du combattant. Si vous souhaitez adapter votre logement pour les personnes à mobilité réduite, de nombreux paramètres sont à prendre en compte pour en faire un espace de vie agréable et confortable.

 

Avant de commencer l’aménagement des pièces à vivre, il convient de faire le tour des petits travaux essentiels, auxquels on ne pense pas toujours, et qui peuvent rendre la vie beaucoup plus facile !

Le travail d’adaptabilité porte surtout sur les largeurs de passage et de manoeuvre. Ainsi, il convient de prévoir minimum 90 cm de largeur de passage pour pouvoir bien circuler en fauteuil roulant. Il en va de même avec les portes. Il faut donc les élargir, voire même les enlever si c’est possible. 

Concernant les escaliers, plusieurs possibilités s’offrent à vous pour pouvoir monter ou descendre les étages sans complications. Vous pouvez installer un monte-escaliers, des chaises élévatrices ou encore un ascenseur. De manière générale, n’oubliez pas de mettre les serrures, les interrupteurs, les prises et les poignées (portes, fenêtres et rangements) à portée de main. Il est également possible de mettre des interrupteurs automatiques ou des lampes à détecteur de mouvement. Enfin, évitez les tapis et les sols glissants qui pourraient augmenter le risque de chute.

Différence entre accessibilité et adptabilité d’un logement pour personnes handicapées

Il est important de différencier l’adaptabilité d’un logement pour personnes handicapées et son accessibilité. En effet, l’adaptabilité d’un habitat concerne tous les aménagements nécessaires pour adapter le logement. En revanche, lorsqu’on parle d’accessibilité d’un logement, il est obligatoire de respecter les nouvelles obligations du code de la construction et de l’habitation (CCH).

 

Des pièces à vivre bien pensées

Voici comment bien aménager une cuisine et une salle de bains pour une personne à mobilité réduite. 

 

La cuisine

Pièce incontournable de la maison, la cuisine nécessite quelques aménagements pour faciliter la tâche aux personnes handicapées. Pour commencer, choisissez un plan de travail à hauteur réglable ainsi que des éviers larges et peu profonds. L’espace sous les éviers doit être libre
pour les jambes. De ce fait, prenez soin d’isoler les tuyaux afin d’éviter les brûlures. Préférez des meubles de rangements réglables en hauteur avec des portes coulissantes ou pliantes. Installez le four à 75 cm du sol et le lave-vaisselle et le réfrigérateur devront être sur-élevés. 

Concernant les plaques, il est conseillé d’utiliser une plaque à induction, plus facile à manier grâce à son panneau de commande tactile. Enfin, si vous souhaitez installer une hotte, choisissez-en une qui fonctionne avec une télécommande.

La salle de bains

Vous pouvez opter pour une douche à l’italienne avec chaise intégrée ou une baignoire avec ouverture comprenant un siège de bain. Disposez au sol un tapis antidérapant ou des bandes adhésives antidérapantes. Pour une sécurité optimale, installez des barres d’appui. Le lavabo devra être à la bonne hauteur et les rangements en-dessous devront être dégagés pour faciliter l’accès.

Au niveau des sanitaires, il faudra mettre une barre d’appui, adapter la hauteur de la cuvette et garantir un espace suffisamment grand pour
les manoeuvres.

 

Les conseils d'un pro

Cédric Dekeyser, ergothérapeute et gérant du cabinet Conseils Handicap Expert Consult nous en dit plus...

 

Qu'est-ce qu'un ergothérapeute ?

L'ergothérapeute est un professionnel paramédical spécialisé dans le handicap. Son objectif est de favoriser l'autonomie de la personne dans son environnement, quelque soit son âge et ses déficiences. Pour cela, plusieurs moyens sont mis en œuvre : la rééducation, la ré-autonomisation par l'apprentissage de techniques de compensation du handicap, la mise en place d'aides techniques, l'adaptation du véhicule et du logement. Notre cabinet est spécialisé dans le maintien à domicile.

Comment procédez-vous ?

Nous réalisons un diagnostic des besoins via une visite sur le lieu de vie de la personne. L'évaluation est axée sur les besoins de la personne en fonction de ses difficultés rencontrées. Nous donnons ensuite des conseils d'aménagement selon le résultat obtenu ainsi que les possibilités de financement des organismes publics ou privés. Le principe, c'est d'avoir un regard objectif sur les agencements possibles sans devoir reproduire un schéma hospitalier. En effet, La maison doit être personnelle et l'adapter ne signifie pas accentuer la visibilité du handicap. Une fois les préconisations retenues, la personne peut demander des devis aux entreprises de son choix.

Y a t-il des normes à respecter ?

Si la personne est propriétaire du logement, elle est libre de faire ce qu'elle souhaite à l'intérieur de son logement. A l'extérieur, il se peut qu'il y ait des contraintes à respecter. Dans ce cas, il faut se renseigner auprès de la mairie. Si elle est locataire, il lui faut l'autorisation du propriétaire.

Les aides financières

Aménager l'ensemble de son logement pour l'adapter à une personne handicapée est un projet qui peut s'avérer coûteux. C'est pour cela que plusieurs organismes peuvent attribuer des aides financières. Parmi eux, il y a l'Agence National pour l'Amélioration de l'Habitat (ANAH), la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) mais aussi certaines caisses de retraite... Pour vous renseigner, appelez la MDPH et l'ANAH de votre département qui sauront vous conseiller. Il est d'ailleurs impératif de les contacter avant tout travaux.

Contact Cédric Dekeyser :

CCHEC - 54 rue des Eaux à LILLE
www.cchec.fr

 

Par Florine Dergelet

construire-et-renover