HABITAT PARTICIPATIF : ENSEMBLE, C’EST TOUT !

« Je file, j’ai une commission jardin ! » confie Françoise Raverdy avant de raccrocher. D’ici février 2021, la charmante sexagénaire devrait emménager dans une nouvelle résidence en habitat groupé dans le quartier des Bois-Blancs à Lille. Née au début du siècle dernier, cette nouvelle façon d’habiter connaît un fort engouement depuis quelques années. « L’habitat participatif ou habitat groupé est une démarche citoyenne dans laquelle des habitants décident de s’associer collectivement afin de participer à la conception de leurs logements et d’espaces destinés à un usage commun », explique Ludovic Parenty, coordinateur national
de l’association Habitat Participatif France. « La loi ALUR de 2014 a beaucoup contribué à son essor en lui donnant un cadre. » Cela fait sept ans que Françoise et une dizaine d’autres familles travaillent sur l’habitat participatif des Bois-Blancs. « Le groupe s’est constitué à la suite d’un appel à projets de la ville de Lille », se souvient celle-ci. « Mais très vite, en travaillant avec une architecte assistante à la maîtrise d’œuvre, on s’est aperçus qu’on ne pourrait pas le financer seuls. Alors, nous nous sommes tournés vers un bailleur social – Notre Logis – dont la philosophie était proche de nos convictions. »

DES VALEURS DE SOLIDARITÉ ET DE PARTAGE

Jardin partagé, compost, cuve de récupération des eaux de pluie, buanderie, atelier, local à vélos et bientôt panneaux solaires : la nouvelle résidence de 14 logements – qui comprendra à la fois des appartements en accession à la propriété et à la location – est le fruit des aspirations des habitants. « J’ai 66 ans, quatre enfants qui vivent loin de moi et je ne voulais pas rester toute seule », poursuit Françoise Raverdy.
« Lorsque j’ai découvert l’habitat groupé, cette façon de vivre autrement s’est imposée à moi. J’ai tout de suite adhéré aux valeurs de partage et de solidarité.» À quelques kilomètres de là, dans le quartier Cousinerie à Villeneuve d’Ascq, Anagram fait figure de pionnier.Né au début des années 1990 sous l’impulsion d’une dizaine de familles, cet habitat participatif a tout du petit paradis ! Pelouse bien tondue, arbres fruitiers, massifs de fleurs :
ici, tout le monde met la main à la pâte. « Il n’y a pas de syndic, nous gérons tout collectivement », confirme Jean-Louis Séhier, un des habitants d’Anagram. « Nous nous réunissons une fois par mois pour discuter de l’organisation, des activités, etc. Par exemple, ce week-end, nous avons un anniversaire. Nous allons essayer de faire une fête distanciée, crise sanitaire oblige ! » Un sens de la convivialité et une qualité de vie qui séduisent de plus en plus…
Pour en savoir plus : Habitat Participatif FranceJournée portes ouvertes de l’habitat participatif à Lille Bois- Blancsle 26 septembre et à Saméon le 3 octobre 2020.www.habitatparticipatif-france.fr