Celle que l’on surnommait la “3 Suisses Vallée” s’apprête à trouver un nouveau souffle. À la frontière entre le passé industriel d’un site emblématique et la création d’un nouvel espace métropolitain, un quartier innovant se dessine. EntreCroix et Villeneuve d’Ascq, La Maillerie accueillera 700 logements, 15 000 m2 de bureaux et 8 000 m2 de commerces et services (hôtel, crèche, école...) à l’horizon 2020. Cap sur ce nouveau mode d’habiter !
Il y a trois ans, d’immenses entrepôts logistiques balayaient les 10 hectares. Désormais, c’est un véritable terrain vierge. Aujourd’hui, les pelleteuses s’activent pour accueillir les futures constructions. La “Maillerie” ? Comme une référence à l’acte de tisser, en hommage au spécialiste de la vente par correspondance, mais aussi aux liens qui se tissent entre les habitants. Créer des connexions, miser sur l’intelligence collective et capitaliser sur les besoins des futurs résidents, telles sont les ambitions de Nodi et Linkcity, co-aménageurs de ce projet ambitieux.
"Nous avons voulu donner du cœur au quartier. Que la vie reprenne sur ce site, qu’il retrouve une âme avant même d’imaginer le moindre immeuble", précise Benoît Girardin, directeur régional de Linkcity. Même au cœur de l’hiver, une centaine de personnes se bousculent à la maison projet chaque semaine. Faire pousser des tomates dans la cour, pratiquer un sport de combat, des cours de yoga, échanger ses astuces de bricolage au repair café... Les habitants se réapproprient peu à peu les lieux. Pour Benoit Gerardin : "Ces activités animées par les associations du quartier préfigurent la vie de quartier de demain" . Plus ponctuellement, des conférences autour du bien-être, de la sophrologie, de la naturopathie sont organisées. "C’est primordial de créer du lien. Il fallait absolument briser cette image du promoteur en cravate qui présente le projet. L’idée c’est aussi que ça soit un lieu d’expression. Avec NODI nous sommes simplement des facilitateurs, on accompagne et on est là pour susciter des envies" , ajoute Benoit.

UNE GOUVERNANCE PARTAGÉE

De la démolition à l’aménagement, La Maillerie se crée dans une démarche de co-construction. Le leitmotiv du projet ? Dessiner un quartier plus social et amical, pensé avec les usagers et pour leurs usages. Petit à petit une communauté positive se créée autour du projet. "Nous souhaitons y développer une gouvernance partagée" , précise Anne Sophie Simmonds, cheffe de projet chez Nodi. Pour faciliter les initiatives, les co-aménageurs travaillent même à la création d’une structure d’intérêt collectif. Une société coopérative basée sur un écosystème vertueux où les riverains et acteurs du quartier seraient interconnectés. "Développer un service, partager un appartement de quartier pour héberger la famille d’un résident, mettre à disposition une salle pour un musicien... ce sera le rôle de l’animateur de quartier, sorte de capitaine chargé d’entretenir les liens entre les habitants" , précise Anne Sophie. Les futurs habitants pourront ainsi influer directement sur les services qu’ils veulent mettre en place au sein du projet.

UN QUARTIER VERDOYANT

La biodiversité est au cœur de la conception de La Maillerie, engagée vers une labellisation BiodiverCity®. Dans le cadre du Plan bleu la ville a prévu de remettre en circuit le passage de la “branche de Croix” - dérivation de la Marque - d’ici 2021. Les futurs résidents pourront suivre un véritable parcours sportif au bord de l’eau. "Nous avons voulu réinventer la relation entre les habitants et la végétation. Le quartier se déploiera sur ce grand espace paysagé peuplé d’arbres fruitiers et de végétation comestible formé autour du plan d’eau", précise Benoit Gerardin. Une attention particulière a été portée aux mobilités : des locaux à vélos seront directement accessibles depuis l’espace public.

5 000 M2 DE TOITURE VÉGÉTALISÉE

Les poutres en béton de l’ancien entrepôt de marchandises - l’un des deux anciens bâtiments préservés - deviendront une gigantesque halle commerçante. Au sein de ce futur lieu de rendez-vous incontournable du quartier, plus d’un tiers des espaces intégreront une halle gourmande, sorte de marché-couvert dans lequel il sera possible de faire ses courses et déguster sur place les produits d’acteurs locaux (poissonnier, boucherie, fromager). Pour le reste, composés de structures modulables, les espaces sont propices au déploiement de commerces digitaux, pop-up stores et autres lieux mutualisables. "Nous ne sommes pas en train de faire un centre commercial sur papier glacé, on veut lui donner de l’âme, la halle se fera dans un style récup, avec du bois. À deux pas du centre-ville de Croix, l’idée n’est pas d’installer des commerces jumeaux au centre, mais de proposer des commerces un peu plus atypiques, une quincaillerie, des commerces de bouche...", assure Benoit Gerardin. Sur les hauteurs de la halle : 5 000 m2 de toit végétalisé, véritable balcon à ciel ouvert sur la ville. Une zone potagère, une micro- ferme urbaine, des ruches mais aussi un rooftop, un terrain de pétanque et des espaces d’observations de la faune et de la flore seront au rendez-vous.

UN PROJET SOUS LE SIGNE DE L’ÉCONOMIE CIRCULAIRE

Un chantier dans lequel rien ne se perd et tout se transforme ? À la suite de la démolition de 60 000 m2 de bâtiment, entreprises, associations et industriels, sont venus récupérer des matériaux en tous genres directement sur les vestiges du chantier. Les travaux de voieries ont été réalisés à partir de béton recyclé et les planchers de l’ancien site peuplent désormais les tables et le bar du restaurant Ô Stam.

DE NOUVELLES MANIÈRES D’HABITER

Côté logement, de quoi satisfaire toutes les envies et garantir une certaine mixité sociale et intergénérationnelle : des logements sociaux, des habitats intermédiaires aux espaces généreux pour pouvoir y loger des familles et des logements plus haut de gamme. Mais aussi un concept de surfaces à personnaliser avec des logements prêt à finir aux prix attractifs et livrés en plateau brut. Charge au futur propriétaire de créer son intérieur de toute pièce ! Si l’acheteur ne se sent pas l’âme d’un bricoleur, un service d’aménagement en collaboration avec T Kap de Leroy Merlin est disponible , rassure toutefois Anne Sophie de chez Nodi. La première phase devrait démarrer au printemps, avec la construction du programme L’Etoffe. Au total, six ans de chantier sont prévus entre la construction du premier et du dernier immeuble. Pour l’heure, 90% des acquéreurs sont des habitants du quartier, enthousiasmés par le projet. La Maillerie est la preuve que la collaboration entre futurs usagers et aménageurs est indispensable afin d’expérimenter de nouvelles méthodes et élaborer des solutions innovantes pour façonner les quartiers de demain !