Après la fermeture de la gare de marchandises en 2003, les 23 hectares de friche SNCF inoccupés ont été rachetés par la MEL. Au cœur de l’ancienne halle B de la gare Saint-Sauveur, chantier titanesque qui se développe dans un rythme effréné... Sur 5 000 m2 le “Saint-So Bazaar” deviendra un lieu emblématique dédié à l’économie créative. L’objectif ? Réunir en un seul lieu toutes les étapes de la création, de la conception à la vente en passant par la démonstration. C’est-à-dire en y mêlant espaces de travail modulaires, co-working, services partagés, ateliers de production et lieux de rencontres avec le public. Un nouveau repère destiné aux artistes, artisans, designers et entrepreneurs mais aussi aux visiteurs et travailleurs nomades. Le projet est chapoté par la coopérative européenne SMart et le cluster initiatives ETcité, tous deux retenus parmi une trentaine de candidats en 2016 suite à l’appel à Manifestation d’intérêt de la ville. Au programme : 800 m2 dédié à un espace événementiel (et 300 m2 extérieurs), 2 300 m2 d’espaces de co-working, 245 m2 d’espaces de travail nomades gratuits et un lieu de vie polyvalent et un laboratoire d’innovation. L’ensemble doit être achevé pour 2020 mais certains ateliers ouvriront dès juillet 2019.
Dans ce prolongement, La halle monumentale de 400 mètres de long s’articulera autour de deux espaces. L’un connecté à Lille-centre, l’autre au quartier Moulins. Côté architecture, ce sera un bâtiment à la beauté efficace, un lieu de vie "à la frugalité heureuse" selon l’expression d’Antoine Béal, architecte chez Béal et Blanckaert, agence d’architecture en charge du chantier. Les espaces seront aménagés avec des matériaux biosourcés, les matériaux bruts seront conservés, tout comme la topographie du lieu et de son quai. Avec une dominante de bois et de baies vitrées.

SAINT-SO BAZAAR C’EST QUOI ?

La gare Saint-Sauveur avoisinera avec un nouveau gymnase et le Saint-So Bazaar, près du quartier Moulins, des futurs “îlots Nordiques” conçus par l’agence Danoise Gehl et à l’est, côté Bois habité et Porte de Valenciennes, un parc de 1,8 hectare et une nouvelle piscine olympique. Au total, 2 500 logements doivent fleurir sur la zone. "Le quartier Saint Sauveur est l’une des dernières opportunités de produire un nouveau quartier sur Lille" , souligne Luc Quelet, responsable d’agence chez Enedis, l’un des 7 candidats promoteurs retenus pour concourir au lot C. "Dans le cadre du projet que nous avions proposé, nous avions imaginé une micro-brasserie en pied d’immeuble ainsi qu’un toît paysagé. L’idée ici est de réaliser des bâtiments perméables à la ville, propices à la vie et à la convivialité et surtout répondant aux nouveaux usages." Désormais les promoteurs vont positionner leurs offres sur les pieds d’immeubles. Alors que les prochaines consultations auront lieu à la fin de l’année 2019, les promoteurs jouent des coudes pour s’établir sur la ZAC.

INTERVIEW

CAROLINE SENEZ, chef du projet du Saint-So Bazaar et consultante au sein d’Initiatives et Cité, cluster lillois regroupant des entreprises du développement durable local.

POURQUOI CE NOM DU SAINT-SO BAZAAR ?

Le bazar on l’assume, lors de notre candidature on avait repris cette idée de de babel, tous les gens parlent une langue différente mais finalement se comprennent. Entreprendre, rechercher, tester et l’envie de monter des projets, ce sont les dénominateurs communs qui rassemblent les différentes communautés. Nous voulons être l’un des bâtiments démonstrateur de la capitale mondiale de design, des designers vont y inventer et y montrer des choses pour la première fois, on est plutôt dans le lancement de jeunes pousses que de designer établit. La notion de tremplin est importante.

QUELLE EST VOTRE VISION DES TIERS LIEUX ?

On est dans quelque chose d’intermédiaire, le côté ni chez soi et ni au bureau, c’est la définition même du tiers lieu. Le Bazaar propose donc différents espaces de travail: bureaux fermés, postes de travail individuels privatifs mais aussi un espace libre et gratuit pour ceux qui travaille de manière nomade. On va essayer de favoriser les connexions entre les entreprises pour que les gens s’installent et trouvent un écosystème favorable à leur développement. ll y a une plus value importante qui est le lien que font ces tiers lieux avec le quartier. Ce n’est pas juste un lieu de travail c’est un lieu ou l’on peut venir passer sa journée de travail et y revenir le week end pour profiter des animations. Les frontières s’effacent progressivement, et dans certains métiers, l’évolution est perpétuelle. L’intérêt de ces tiers lieux est qu’on est en constante formation, chacun se complète et s’enrichit mutuellement. C’est des échanges de savoir, de savoir-faire et de connaissances.

EN QUOI LE SAINT-SO BAZAAR TROUVE T-IL UNE RÉSONANCE AVEC LILLE CAPITALE MONDIALE DU DESIGN ?

Depuis novembre le bazaar st so a été retenu comme POOC, nous essayons de trouver des solutions pour que les différentes communauté: artistes, designers, consultants, formateurs, comment les faire travailler coopérer et se connaître ensemble. On travaille avec des designers au développement de lieux de rencontres propices à l’échange. Nous voulons préfigurer le monde du travail à 25 ans. Si on trouve le lieu physique et qu’on y ajoute une touche de dématérialisation on aura réussi à s’intégrer dans les nouvelles méthodes de travail ! Ce lieu va être un lieu ressource pour tous types de créateurs, quelque soit le public, soit ils trouveront sur place une solution d’accompagnement, soit on se fait fort de faire le relais avec tous les autres acteurs.

QUELLE EST VOTRE VISION DE LA ZONE SAINT-SAUVEUR ?

Malgré toutes les contestations qu’il a pu susciter, c’est le quartier de demain. Je crois à la ville dense et intense au fait de construire du collectif, bien loin des barres HLM d’il y a 40 ans, je crois au mixte entre la nature et l’habitat, à la mobilité douce, le quartier pourra devenir un démonstrateur, un modèle du 21ème siècle. Aujourd’hui il n’y a plusde zones où l’on habite et de zones où l’on travaille, les deux mondes se rapprochent, c’est ça la ville dense et intense. Sur le quartier il y aura à la fois de l’habitat, du loisir avec la piscine et du travail avec des commerces et du St So Bazaar.