Boulevard de Metz, Lille. Les grues s’apprêtent à prendre leurs quartiers au pied des tours HLM. Bientôt, la ZAC Concorde, longtemps sinistrée, deviendra le terrain de jeux des camions et multiples engins mécaniques pour enrayer le passé et construire l’avenir. C’est une opération tant attendue du côté des habitants et des politiques. La municipalité, très engagée dans la métamorphose des quartiers, avait amorcé le projet dans le précédent mandat (études urbaines, discussions avec les collectivités, concertation citoyenne). En décembre 2020, le conseil municipal lillois a adopté deux délibérations sur la future ZAC, permettant enfin de concrétiser la renaissance du quartier.

Rehausser l'image du quartier Concorde

Pour Florent Sainte Fare Garnot, directeur général de la SPL Euralille – aménageur du projet et signataire aux côtés de la ville, de la Métropole Européenne de Lille (MEL) et de l’ANRU (Agence nationale de renouvellement urbain) –, cette transformation urbaine profonde vise à “construire la ville sur elle-même pour en améliorer le bien-être de ses habitants, tout en respectant l’environnement”. Né en 1959, après la Seconde Guerre mondiale, le quartier Concorde fait partie de ces grands ensembles construits en France pour répondre aux besoins massifs de logements. Si les dix-sept barres d’immeubles qui le composent ont longtemps permis un confort, soixante ans plus tard, les conditions de vie sont devenues difficiles. “Les logements, pour la plupart, sont vétustes, étroits, mal isolés et ne répondent pas aux normes et standards actuels”, commente Florent Sainte Fare Garnot. Ouvert sur la ville, ce quartier connaît également des problèmes de sécurité, ce qui empêche aujourd’hui son attractivité. Parmi les autres points relevés, le manque de mixité sociale, de vitalité et d’activités économiques et commerciales, malgré une présence associative locale et des équipements de services publics.

Le bien-être en ligne de mire

Actuellement, la ZAC Concorde se compose de nombreux espaces verts de dimension importante mais peu valorisés. L’objectif : construire un quartier “green” où la nature sera omniprésente. Autrement dit, un lieu à santé positive. “C’est-à-dire qui contribue à préserver la santé de ses habitants et à l’améliorer par une présence forte de la nature”, précise le directeur général de la SPL Euralille. Ainsi, au cœur du projet, s’étendra un grand parc urbain, prolongé par une promenade végétale qui le traversera d’est en ouest pour relier différents poumons verts. Au total, trois hectares d’espaces verts feront la part belle à des activités d’agriculture urbaine (jardins partagés, production maraîcher à des fins commerciales, lieux ludiques et naturels...). Un écran acoustique sera également implanté afin de protéger les habitants des nuisances sonores, dues à la proximité avec le périphérique. “Ce mur anti-bruit fera l’objet d’un support photovoltaïque et végétal, en phase avec la transition énergétique”, souligne Florent Sainte Fare Garnot.

La mixité à l'honneur

Ce souci de préserver la santé des habitants et l’environnement passe aussi par la construction de logements neufs. Les bâtiments, dont la structure même du bâti empêche la réhabilitation, seront totalement déconstruits et les matériaux recyclés. “Quant aux habitants concernés par le relogement, ils bénéficient d’un accompagnement personnalisé pour répondre à leurs besoins dans leur nouvel environnement. En ce sens, Concorde est à la fois une opération physique pour transformer un quartier et sa mixité, et une opération créatrice d’opportunités sociales pour les résidents.” À terme, le quartier comportera 1571 logements, dont 399 réhabilités. Outre la création des programmes immobiliers qualitatifs, le projet d’aménagement du quartier Concorde s’appuiera sur une offre renforcée de commerces, d’équipements et de services publics (crèche, maison des assistantes maternelles, centre associatif de la petite enfance, groupe scolaire, médiathèque...). “Avec une volonté politique forte de construire un quartier attractif, diversifié et vivant”. À l’est du quartier, une partie des implantations sera dédiée au tertiaire. “Nous souhaitons proposer aux entreprises de très bonnes conditions où il fait bon venir travailler chaque jour dans un environnement sain et proche des commerces et de la future cité administrative.” Avec Concorde, c’est toute l’histoire d’un quartier qui se réinvente. Il faudra cependant patienter encore quinze ans avant l’achèvement intégral des travaux d’aménagement. Pour l’heure, place aux premières opérations de déconstruction, à commencer par la barre du 2-12 Boulevard de Metz, jusqu’en mai prochain, puis viendront celles du 18-20 et 22-24 d’ici la fin de l’année.